AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
N'oubliez pas que Lakewood a ouvert ses portes le 20 août 2016. La ville "n'existait" pas avant ! ^^
Le concours de bonhommes de neige est en cours, près du lac ; ainsi que la soirée nouvel an !

Partagez | 
 

 TERMINE ;; You surround me, pull me, drown me, swallow me whole — ft. Cleo

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Kyle Bauer Von Milhem
Sugartits

avatar

Messages : 53
Id Card : Sasha Alexander (disclaimer: avatar: Blinizz Sucré ; Signature : Petulia ; Gifs : Tumblr))
Pseudo : Leolaws
Occupation : Former pornstar ; Sexologist & Mecanic (passion she doesn't mind sharing) good with engines, bikes, and pretty much anything.
Statut Civil : Very happily married (though things get tough from time to time)

[DO YOU KNOW]
ÂGE: Fourty-one years old. Does not speak of it.
RELATIONS:
DISPONIBILITÉS: Cleo - Ellis - Free

MessageSujet: TERMINE ;; You surround me, pull me, drown me, swallow me whole — ft. Cleo   Jeu 26 Jan - 0:14

     

Kyle ♦ Cleo

You surround me, pull me, drown me, swallow me whole
L
e froid était revigorant. Elle avait pris l’habitude d’aller marcher en forêt au moins une fois par jour, pendant plus d’une heure. Ca lui remplissait ses journées, ça lui permettait également — mais elle refusait de se l’avouer — de rester loin de sa demeure, et par défaut, de sa femme. Elle n’était pas fière d’avoir besoin de s’échapper ainsi, mais elle ne savait plus quoi faire. Cleo refusait catégoriquement de la laisser faire quoi que ce soit. Elle ne pouvait plus lui parler, plus la toucher, plus la voir. A chaque fois qu’elles étaient dans une pièce ensembles, il y avait cette tension entre elles qui n’avait jamais existé avant. Kyle ne comprenait pas d’où pouvait venir tous ces problèmes. Elle aussi avait été déprimée, après la naissance de son fils, toutes ces années auparavant, mais elle n’avait jamais eu le loisir de se laisser dépérir. Il lui avait fallu travailler pour subvenir à leurs besoins, et elle s’était assez remuée pour ne pas être dans l’état de Cleo. Alors, elle comprenait, jusqu’à un certain moment, ce qui pouvait bien passer par la tête de sa femme. Elle comprenait pourquoi elle refusait qu’elles soient intimes, elle comprenait pourquoi elle pouvait penser qu’elle n’était plus désirable, mais ce n’était tout de même pas une raison pour la repousser complètement. Cleo s’était entièrement fermée à Kyle, et cette dernière ne supportait plus cette situation.

Alors, elle sortait, quel que soit le temps. Elle se faisait lentement aux grandes étendues désertes, aux forêts, au silence, à la neige. Kyle n’avait jamais connu le silence. A Los Angeles, il était impossible d’échapper au bruit du trafic, des sirènes, de la vie. Ici, les bois étaient plongés dans un silence parfait. Elle n’était accompagnée que du bruit de sa propre respiration, de ses pas dans la neige, et parfois, des ailes d’un oiseau quittant sa branche. Elle ne savait pas si ça lui plaisait. Elle avait l’impression qu’il manquait quelque chose, toujours. Mais elle se forçait à prendre le temps d’apprécier tout ce qui l’entourait. Comme souvent, elle ne rentrait que la nuit tombée. Son fils était nulle part en vue, et elle prit le temps de se glisser dans leur garage, pour éviter de passer par la porte principale. Rapide caresse sur le capot protégé de sa voiture, et elle se faufilait à l’intérieur du chalet, animé d’une faible lumière, et d’un feu quasi permanent. Cleo n’était nulle part en vue, et Kyle lâcha un soupir de soulagement.

Elle avait fait construire un studio, relié au chalet, qui contenait tout ce qu’il lui fallait pour faire son yoga, ses pilates, et une douche. Maintes fois, elle avait cherché à entraîner sa femme avec elle, pour lui faire retrouver la forme. Cependant, ses tentatives avaient semblé creuser le fossé entre elles, et bien rapidement, elle avait abandonné. Se défaisant de sa veste, elle rangea ses chaussures et son manteau à leur place, et se glissa jusque sous la douche, pour profiter encore un peu de sa tranquillité. Bien vite pourtant, elle dut se rendre à l’évidence : elle ne pourrait pas éviter sa femme toute la soirée. Après un détour prolongé par la chambre de leur fille, endormie, qu’elle passa de longues minutes à contempler, elle pénétra enfin dans la chambre conjugale. Cleo était là, allongée sur lit, un livre entre les mains. Inconsciemment, Kyle prit une inspiration, et rentra totalement dans la pièce, offrant un sourire maladroit à la blonde lorsqu’elle releva le regard.

« Hey lover. Did you have a good day ? »


GleekOut!


Traduction:
 


Dernière édition par Kyle Bauer Von Milhem le Mar 14 Fév - 1:10, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Messages : 11
Id Card : Jessica Capshaw ≫ Avatar : Aeryn | Signature : ORTACH
Pseudo : Aeryn
Occupation : Écrivain
Statut Civil : Mariée

[DO YOU KNOW]
ÂGE: 38 ans.
RELATIONS:
DISPONIBILITÉS:

MessageSujet: Re: TERMINE ;; You surround me, pull me, drown me, swallow me whole — ft. Cleo   Ven 27 Jan - 23:14

 
Kyle & Cleo
   
You surround me, pull me, drown me, swallow me whole

 
Henry. Le patriarche de la famille avait toujours mis Cleo en garde contre les drogues, l’alcool et contre tout ce qui pouvait, de près ou de loin, rappeler sa mère à leur bon souvenir. Et, du haut de ses trente-huit années, la jeune femme avait toujours soigneusement écouté les conseils avisés de son père, fuyant le plus possible toutes situations pouvant la mettre en danger. Pourtant, depuis quelques mois, depuis cette nuit, la jeune Von Milhem avait pris l’habitude de jeter son dévolu sur ses antidouleurs et sur cette chère et tendre amie qu’était devenue sa bouteille de Tequila.

Sa vie, auparavant si parfaite et si rangée, n’était plus qu’un immense fiasco, qu’un champ de ruines que Cleo tentait vainement de raccommoder, avec les maigres moyens qu’elle avait. Elle n’en pouvait plus de fuir sa femme, de lui mentir et de passer son temps à broyer du noir ou à penser encore et encore à ce qui avait fait basculer sa vie. Quand elle s’imaginait avouer la tragédie à Kyle, Cleo ne voyait qu’une seule issue : le divorce. Et malgré leurs derniers mois de vie « commune » quelque peu chaotiques, Cleo aimait sa femme de tout son être. C’était aussi pour ça – se disait-elle égoïstement – qu’elle devait lui cacher l’horrible vérité. Elle devait protéger sa femme, quoiqu’il lui en coûte.

Distraitement, Cleo caressait la longue cicatrice qui lézardait son ventre. Ah ! Quelle ironie pour elle qui, des mois durant, avait tout fait pour n’avoir aucune marque de sa grossesse sur son corps. Cette unique marque devrait pourtant être à jamais associée à l’arrivée au monde de sa fille, précipitée par la folie d’une femme aveuglément jalouse…

Le jet de la douche se refroidissant, Cleo sortit de sa torpeur, consciente qu’elle avait du passer trop de temps à cogiter. Lentement, elle s’extirpa de la baignoire, attrapant sa serviette duveteuse qu’elle laissa à moitié trainer sur le sol. Elle regardait son reflet, comme chaque jour, et elle se disait à chaque fois la même chose : jamais plus elle ne serait la femme sûre d’elle, charmante et pas désagréable à regarder qu’elle avait été… Ah, bien sûr elle retrouverait sa ligne. Sans effort mais en mangeant peu — trop peu — elle finirait par perdre les kilos superflus que sa grossesse avait laissés. Mais la peau, pâle et immaculée d’antan, ne retrouverait jamais son éclat ni sa « perfection ». Cette lézarde, toujours et encore, attirerait son œil et lui rappellerait ô combien la vie ne tient à rien.

Finissant de se sécher avant de se préparer à se mettre au lit, Cleo se rappelait de la dernière fois qu’elle avait laissé sa femme la voir nue. Elles avaient eu cette insouciance amoureuse, cette nonchalance et cette complicité que Cleo se pensait incapable de retrouver. Si seulement sa femme la voyait nue, juste une fois, elle verrait la marque blanche embrasser son flanc et s’étirer vers son nombril. Et Cleo ne devait pas lui montrer. Jamais… Elle avait trop peur des conséquences, trop peur de perdre cette femme qu’elle ne voulait pas perdre. Mais, triste constat, Cleo la perdait déjà, en se refusant à elle. Alors il faudrait trouver une solution, l’attacher pour éviter qu’elle ne la touche ? Recourir à la chirurgie, peut-être, pour tenter d’effacer cette horreur ?

Laissant là ses élucubrations, Cleo, maintenant vêtue, se glissa dans le lit conjugal, soupirant amèrement. Leur lit, centre de leur vie d’avant, n’avait plus accueilli les deux femmes, ensemble, depuis des lustres. D’ailleurs, depuis qu’elles avaient emménagé, Cleo ne se souvenait pas avoir partagé ne serait-ce qu’une nuit avec sa femme, dans leur couche…

Prenant un autre de ses cachets pour faire taire la douleur qui tirait son flanc, la blonde prit le livre qui trainait près du lit et qu’elle avait du lire des dizaines de fois. A défaut de pouvoir écrire, elle se devait au moins de lire, juste pour fuir, occuper son esprit assez longtemps pour prétendre être la plus heureuse du monde dans le plus heureux des mariages. Engloutie par les pages de son bouquin, Cleo n’entendit pas la porte de la chambre s’ouvrir ni sa femme entrer. Ce fut sa voix, cette voix qu’elle aimait tant qui la tira de sa rêverie. Instinctivement, Cleo placarda un sourire tendre — mais presque gêné — sur son visage. Elle observa sa femme un instant, son corps délaissé se réveillant sous son regard. Ah, ce qu’elle pouvait l’aimer… Elle mourrait d’envie de la ravager, seulement, seulement, ce n’était plus envisageable.

« Hello love. I missed you… How was yours ? »

Même si elles passaient maintenant leur vie à s’éviter le plus possible, il était indéniable que Kyle manquait terriblement à sa femme… Même si elle ne faisait rien pour arranger les choses.

« Come here… »

Elle tapota le côté vaquant du lit, tirant un peu plus la couette contre elle. Si elle ne pouvait laisser sa femme la toucher, peut-être pourrait-elle juste la prendre dans ses bras. Elle espérait encore que le néant de leur vie sexuelle ne fasse pas trop de dégâts, mais au fond d’elle, elle savait déjà qu’elles allaient droit dans le mur.

(c) fiche:WILD BIRD, flowers texture: mirandah & gifs:


 

_________________
Ain’t nobody fucking
with my motherfucking family
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kyle Bauer Von Milhem
Sugartits

avatar

Messages : 53
Id Card : Sasha Alexander (disclaimer: avatar: Blinizz Sucré ; Signature : Petulia ; Gifs : Tumblr))
Pseudo : Leolaws
Occupation : Former pornstar ; Sexologist & Mecanic (passion she doesn't mind sharing) good with engines, bikes, and pretty much anything.
Statut Civil : Very happily married (though things get tough from time to time)

[DO YOU KNOW]
ÂGE: Fourty-one years old. Does not speak of it.
RELATIONS:
DISPONIBILITÉS: Cleo - Ellis - Free

MessageSujet: Re: TERMINE ;; You surround me, pull me, drown me, swallow me whole — ft. Cleo   Sam 28 Jan - 0:18

     

Kyle ♦ Cleo

You surround me, pull me, drown me, swallow me whole
P
our la première fois depuis très longtemps, depuis leur rencontre, Kyle ne savait pas où se mettre. Elle ne savait plus quoi faire, elle ne savait pas comment agir. Pourtant, elle était dans ce qui était censé être leur chambre, bien qu’elles n’y avaient jamais dormi ensemble. L’une finissait toujours par partir, généralement Cleo, ou Kyle ne rentrait tout simplement pas. Alors, elle ne savait pas comment agir. Le regard que lui lançait Cleo était un qu’elle connaissait bien. Elle pouvait lire le désir que Cleo avait pour elle, et pourtant, loin de la flatter, elle se sentait amère. Elle détourna rapidement les yeux, fermant la porte pour faire diversion. Stressée à nouveau, elle passa une main dans ses cheveux. Elle luttait terriblement pour ne pas rouvrir la porte et fuir, fuir loin de cette femme qu’elle reconnaissait à peine. Elle l’entendait derrière elle, et elle dut retenir ses larmes, qui lui montèrent soudainement aux yeux.

Elle était amère, et lorsqu’elle se retourna vers Cleo, elle voulait crier. Elle voulait la secouer, renverser des meubles, devenir hystérique. Cela ne servirait à rien, mais elle voulait faire réagir sa femme. Elle ne pouvait plus supporter ce status quo, c’était comme mettre un pansement sur une blessure par balle. Alors, elle serra les dents, et secoua la tête en réponse à la demande de Cleo. Elle ne comptait pas venir près d’elle, quitte à partir à nouveau. Il fallait qu’elles parlent, avant tout, pas qu’elles fassent semblant que tout allait mieux dans le meilleur des mondes. Tout n’allait pas bien, et il était temps qu’elles arrêtent de prétendre. « No. Stop it. Stop pretending that you … God ! What is wrong with you ? What’s happening, Cleo ? » Elle lâcha un soupir frustré, et elle se laissa aller à son pire trait : fumer. C’était quelque chose qu’elle ne faisait que lorsqu’elle était particulièrement stressée, ou contrariée, et évidemment, cette discussion la mettait sur les nerfs. Se dirigeant vers la fenêtre, elle sortit ses cigarettes de leur cachette, et en alluma une. Habitude dégoûtante certes, mais elle ne pouvait pas s’en empêcher. Elle prit une longue bouffée.

« What happened to us, Cleo ? Why are you shutting me out ? » Elle se tourna pour la regarder, sa main à l’extérieur de la fenêtre. Elle avait beau fumer parfois, elle n’aimait pas l’odeur, et elle savait qu’elle devrait reprendre une douche quoi qu’il arrive. Elle reprit une bouffée toxique, secouant légèrement la tête. « I love you. God, I love you so much but I just can’t do this anymore. I can’t keep trying to … to make things better and you … Do you even care ? We’re falling apart, and you’re watching it happen. » Pendant son discours, des larmes avaient coulé et elle les essuya du revers de la main, presque rageusement. Se mordant la lèvre, elle ne put s’empêcher de réitérer, son cœur terriblement serré dans la poitrine. « What is wrong with you ? » A nouveau, des larmes coulaient, et cette fois-ci, elle ne fit rien pour l’en empêcher. Elle tourna le dos à Cleo, s’orientant entièrement vers la fenêtre, et elle fuma, espérant que la cigarette finirait par arrêter le tremblement de ses mains.


GleekOut!

_________________
I shake and I shiver just to feel you breathe + I wanna watch you undress, I wanna watch you glow, Let your hair down, All around, cover us both. You come in a wave, We crash and we roll, You surround me, pull me, drown me, swallow me whole. You turn, turn, turn, turning me on
 like a slow fire burn.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Messages : 11
Id Card : Jessica Capshaw ≫ Avatar : Aeryn | Signature : ORTACH
Pseudo : Aeryn
Occupation : Écrivain
Statut Civil : Mariée

[DO YOU KNOW]
ÂGE: 38 ans.
RELATIONS:
DISPONIBILITÉS:

MessageSujet: Re: TERMINE ;; You surround me, pull me, drown me, swallow me whole — ft. Cleo   Mar 31 Jan - 0:37

 
Kyle & Cleo
   
You surround me, pull me, drown me, swallow me whole

 
Froissée. Cleo avait l’impression d’avoir froissée sa femme, et de s’être froissée dans le processus. Plus rien n’était naturel, entre elles, plus rien n’avait de sens. Et elle aurait voulu hurler, vider son sac, vomir sa culpabilité et mettre un terme à cette macabre mascarade, mais elle n’en avait pas le courage. Elle regardait sa femme s’enfoncer dans une détresse qu’elle ne pouvait que trop bien comprendre. Elle aurait tant aimé la prendre dans ses bas, lui dire que tout pourrait aller mieux, avec le temps, la rassurer, lui dire à quel point elle l’aimait et à quel point elle regrettait de la faire souffrir.

Mais le silence valait mieux, bien mieux que la bombe qu’elle se retenait de lui jeter au visage. Elle s’en voulait terriblement et – ah, ces chères hormones – elle se retenait de pleurer. Il ne fallait pas faiblir, il ne fallait pas craquer devant sa femme, jamais. Elle se redressa, dans ce lit et jeta son livre sur sa table basse. Elle ne savait plus quoi dire, évidemment, à force de mentir et de trouver des excuses, on finit par assécher la source.

Elle regardait sa femme sortir ses cigarettes et réprima une grimace de dégoût : elle n’avait pas le droit, elle ne l’avait plus, de critiquer a femme qu’elle aimait. « Wh-What are you talking about, I do not_ », le regard jeté par Kyle, et la gorge nouée, Cleo resta silencieuse. Sa confession, surtout, lui coupa presque les jambes. Et dieu, DIEU qu’elle l’aimait… « I’m so sorry Kyle, I’m trying, I swear, I’m trying to… I love you. I love you so much it hurts. ». Sa vision troublée par les larmes, le cœur serré et la poitrine douloureuse, Cleo se releva, rejetant les couvertures et se glissa timidement derrière sa femme. Elle hésitait à la toucher. Ah ! Cette femme, ce corps qu’elle aimait tant, qu’elle prenait, autrefois, plaisir à toucher lui faisait presque peur, maintenant. Elle se trouvait en face d’un ressort qui n’attendait que de lui sauter au visage et elle le savait. Elle le savait et elle ne pouvait pas cacher qu’elle s’était attendue à ce que cette discussion arrive plus tôt, tellement plus tôt… Elle ne savait plus quoi faire, mais dans un ultime effort, dans une tentative désespérée, elle  s’approcha de sa femme et la pris dans ses bras, doucement, presque timidement, comme si elle n’en avait plus le droit. « What can I do for you… What do you want me to do, Love ? I’d do anything, ANYTHING for you… »

Elle pleurait maintenant. Voir sa femme pleurer avait toujours eu cet effet sur elle… Elle la serrait un peu plus contre elle, quitte à lui faire mal. « I Love you Kyle… Let me show you... Please ? ». Aveuglée par ses larmes et par la peur, peut-être, elle laissa ses mains glisser sur le corps de sa femme, sans trop savoir ce qui la prenait. Ben sûr, elle avait envie de cette femme, depuis toujours, depuis leur première rencontre, bien sûr elle voulait ravager son corps, mais il y avait – presque – toujours eu une réciprocité, avec Kyle que Cleo craignait maintenant… Et si toucher ne lui posait aucun problème, être touchée n’était tout simplement pas envisageable. « Please Love. I love you, I jus-I just want to make you feel good again. »

Sex. Le sexe n’avait jamais été un problème auparavant et Cleo avait toujours été sûre d’elle dans ce domaine. Mais ce soir, le film était usé, le scenario bancal et ses mains n’avaient plus rien de leur assurance d’antan. Et, tout au fond de sa tête, Cleo entendait bien cette voix qui lui hurlait que le sexe, là, ce soir, n’avait pas sa place entre elle et qu’il ne devenait pas devenir un échappatoire. Jamais. Et pourtant, ce soir, elle aurait fait n’importe quoi, ou presque, juste pour ne pas parler plus à sa femme.

(c) fiche:WILD BIRD, flowers texture: mirandah & gifs:


 

_________________
Ain’t nobody fucking
with my motherfucking family


Dernière édition par Cleo Bauer Von Milhem le Lun 6 Fév - 1:44, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kyle Bauer Von Milhem
Sugartits

avatar

Messages : 53
Id Card : Sasha Alexander (disclaimer: avatar: Blinizz Sucré ; Signature : Petulia ; Gifs : Tumblr))
Pseudo : Leolaws
Occupation : Former pornstar ; Sexologist & Mecanic (passion she doesn't mind sharing) good with engines, bikes, and pretty much anything.
Statut Civil : Very happily married (though things get tough from time to time)

[DO YOU KNOW]
ÂGE: Fourty-one years old. Does not speak of it.
RELATIONS:
DISPONIBILITÉS: Cleo - Ellis - Free

MessageSujet: Re: TERMINE ;; You surround me, pull me, drown me, swallow me whole — ft. Cleo   Ven 3 Fév - 12:48


Kyle ♦ Cleo

You surround me, pull me, drown me, swallow me whole
L
e manque de réaction de Cleo la rendait folle. Une fois de plus, elle était là, à la regarder, sans réagir. Certes, elle pouvait voir la détresse sur son visage, mais elle ne faisait pas la seule chose que Kyle demandait d’elle : lui parler. Cleo refusait de lui parler, encore et toujours, refusait d’enfin lui dire quel était le problème. Enfin, elle se décida à sortir de son mutisme, pour des bêtises. Kyle voulait se moquer d’elle, et elle secoua la tête, dégradante. Ce n’était pas ce qu’elle voulait entendre. Elle savait que l’Anglaise l’aimait, elle le savait. Ce n’était pas ça, le problème. Le problème, c’était qu’elle lui mentait, tous les jours, en lui cachant la vérité, et que la brune ne pouvait plus supporter cela. Elle ne pouvait plus regarder sa femme dans les yeux et voir l’hésitation constante, la peur de se trahir. Qu’avait-elle fait qui soit si terrifiant qu’elle n’osait pas parler à sa femme ? Si Kyle n’était pas confiante, elle penserait qu’elle pourrait être cocue. Mais ce n’était pas le genre de Cleo, non, c’était plus son genre à elle, si elle devait avoir un genre.

Elle sentit les bras de sa femme autour d’elle et elle dut user de toute sa concentration pour ne pas flancher. D’un geste rageur, elle écrasa sa cigarette dans le cendrier posé sur le rebord, et essuya ses larmes du revers de la main. Elle n’était pas calmée, c’était l’inverse même : elle était nerveuse, ses mains tremblaient, et elle avait beau essayé, sentir le corps de la blonde contre elle la crispait comme jamais. Tout cela était faux. En tout autre situation, sentir ces mains délicates contre ses courbes aurait suffi à détourner son esprit de ce qui importait vraiment. De nombreuses fois par le passé, Cleo avait utilisé ce fait à son avantage, lui changeant les idées en lui promettant du bon temps entre les draps, mais pas aujourd’hui. Non, ce soir-là, les caresses la laissaient de marbre, et malgré tous ses efforts pour ne pas l’être, elle était dégoûtée. D’elle-même, de Cleo, d’elles ; elle ne savait plus. Avec violence, elle se détacha de sa femme, lui faisant mal, peut-être. Elle fit quelques pas nécessaires pour se séparer d’elle, et se tourna pour lui faire face.

« Y-You think this is about sex ? You think that … Jesus, Cleo, what the fuck ? » Elle faisait les cent pas maintenant, ses bras entourant son ventre, comme pour se protéger. Elle voulait fuir. Pendant un instant, ses yeux glissèrent sur la porte, mais Cleo lui barrait la route. De toute façon, il fallait qu’elles aient cette conversation. Il fallait qu’elle réussisse à la forcer à parler, quel que soit le coût. De toute façon, elle doutait déjà que les fissures qui les séparaient soient réparables. « I don’t want you to touch me if it means I can’t have you back. » Dit-elle finalement, son ton tellement plus doux. Elle ne voulait pas faire de mal à sa femme. Elle l’aimait, après tout. Et ce n’était qu’une mauvaise passe, n’est-ce pas ?

Elle fit quelques pas vers elle, brisant la distance, et attrapa sans attendre les mains de sa femme entre les siennes. Elle les serra, peut-être désespérément, entre ses doigts, l’implorant. « I know this isn’t just about the baby, and your post-partum depression. I know you’re hiding something from. Hell, you and Orion. Why are you lying to me ? What happened ? Cleo, you know that you can tell me everything. » Son regard était mouillé de larmes à nouveau, mais elle refusait de les voir tomber. Non, plus maintenant. Même si l’air totalement brisé de Cleo était comme un poignard dans son cœur.


GleekOut!


_________________
I shake and I shiver just to feel you breathe + I wanna watch you undress, I wanna watch you glow, Let your hair down, All around, cover us both. You come in a wave, We crash and we roll, You surround me, pull me, drown me, swallow me whole. You turn, turn, turn, turning me on
 like a slow fire burn.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Messages : 11
Id Card : Jessica Capshaw ≫ Avatar : Aeryn | Signature : ORTACH
Pseudo : Aeryn
Occupation : Écrivain
Statut Civil : Mariée

[DO YOU KNOW]
ÂGE: 38 ans.
RELATIONS:
DISPONIBILITÉS:

MessageSujet: Re: TERMINE ;; You surround me, pull me, drown me, swallow me whole — ft. Cleo   Lun 6 Fév - 1:45

 
Kyle & Cleo
   
You surround me, pull me, drown me, swallow me whole
Le jour de leur mariage, Cleo comme Kyle avaient juré d’être honnête l’une envers l’autre, de partager leurs secrets les plus douloureux ou les plus inavouables, mais depuis cette nuit-là, la blonde culpabilisait, chaque jour un peu plus, de ne pas honorer sa promesse. Depuis des semaines, elle marchait sur des œufs : à chaque instant du moment où elle se réveillait à l’instant où elle se couchait, elle craignait plus que tout de craquer et de tout balancer au visage de sa femme, par égoïsme, par colère ou sous n’importe quel motif. Alors, elle avait adopté une technique de lâche et s’évertuait à fuir sa femme, comme son fils… Son fils, ce fils qui ne portait pas son nom et dont elle ne partageait pas d’ADN mais qu’elle aimait inconditionnellement. Ce fils, ce jeune homme fort et brave qu’elle avait embarqué, bien malgré elle, bien malgré eux, dans une « aventure » et dans les tumultes d’un secret qu’elle aurait voulu garder sien à jamais, finalement. Elle s’en voulait terriblement et c’était peut-être ça, surtout, qui commençait à la rendre folle, plus que l’accident en lui-même.

Qu’il était devenu difficile de se taire, ou de regarder sa femme dans les yeux…  Cleo se dégoutait, et même si elle avait peur de perdre Kyle, elle savait qu’elles avaient atteint un point de non retour, le point où il lui était nécessaire de parler, et de vider son cœur, pour ne plus avoir à mentir à celle qu’elle aimait plus que tout. Il était temps, oui, mais pas ce soir, pitié, pas ce soir… Elle s’était accrochée à la brune avec le désespoir des condamnés, mais elle s’était retrouvée, seule, à n’avoir plus rien à serrer dans ses bras. Sa femme la fuyait et ne supportait plus qu’elle la touche. Comment leur vie si parfaite avait-elle pu se disloquer à ce point, comment en quelques mois pouvait-elle sentir son monde lui échapper des mains ? AH. Kathryn. L’écrivain aurait pu écrire des ouvrages entier sur cette femme qu’elle avait réussi à détester plus que de raison et qui avait essayé de lui prendre ce qu’elle avait de plus cher : sa femme et sa fille. Kyle lui adressa alors la parole et Cleo du faire des efforts monstres pour entendre ses mots… Ils avaient quelque chose de cinglant, de tellement amer et d’effrayant que la femme mère du s’appuyer, derrière elle, contre la commode.

La récupérer ? Cleo aurait voulu lui dire qu’elle ne l’avait pas perdue, qu’elle était toujours là, pour elle et qu’elle ne demandait qu’à faire le nécessaire pour arranger la situation, mais même elle trouvait que cela sonnait faux, alors… Alors, elle se tut, regardant le sol, incapable de soutenir d’avantage le regard de cette femme qui la connaissait par cœur, finalement. Elle s’approchait d’ailleurs, maintenant, prenant ses mains pour la tirer à une réalité que Cleo cherchait à fuir dans l’imbroglio de ses souvenirs. Tout était flou, violent, mais ses souvenirs ne blessaient qu’elle, finalement, et elle ne voulait pas impliquer sa femme, non… Elle relava son regard, un instant, mais le détourna bien vite, encire et toujours.   «  This is not about the baby, love. Not… Not completelly at least. » Elle retira les mains de celles de sa femme et prit une photo, trônait sur la commode. Sur le cliché, toutes deux portaient un sourire éclatant, le jour de leur mariage, un jour si parfait qui maintenant semblait être bien loin. Cleo caressa la photo avant de la reposer, finalement. « Don’t you understant Kyle ? I’m trying to protect you… I love you and I don’t want you to… To run away. I can’t lose you. I can’t. » Elle lui tournait le dos, maintenant, et même si elle se donnait du mal pour ne pas pleurer, même si elle se faisait encore violence pour se taire, elle était à bout de force. Que sa femme fuit, ce soir, qu’elle la laisse encore seule, cette nuit, elle n’en avait plus rien à faire. L’animal agonisant qu’elle était n’attendait peut-être que ça : le silence et la tranquillité. Mais ce ne pouvait-être que temporaire, n’est-ce pas ? Elle devrait bien, tôt ou tard, ouvrir la boite de Pandore et révéler à sa femme la plus grande atrocité de sa vie. « One day I’ll tell you, eventually. But not tonight. Can you do taht for me ? » AH ! Elle savait qu’elle prenait un risque énorme et qu’elle n’avait pas le droit de lui demander de faveur, pas maintenant, pas dans le contexte actuel alors qu’elle avait déjà tant fait pour elle… Mais elle ne savait plus quoi faire, pour gagner du temps… « I’m not ready yet… And neither are you. » Elle se faisait presque froide, maintenant, et fermée… C’était stupide, elle aimait pourtant sa femme, de tout son être, mais elle ne savait pas comment réagir, quoi faire. Après tout, parfois, elle se disait que cette femme lui avait apporté les plus belles choses, mais que son passé, ce passé qu’elle avait mis longtemps à accepter, avait su ramener à la surface ce qu’il y avait de pire en elle, et ce, même si cela avait été un accident. Parce que le pire, au fond, c’est que Cleo savait pertinemment qu’elle n’hésiterait pas à le refaire s’il le fallait : qu’elle tuerait cette Kathryn encore et encore, si cela voulait dire sauver sa peau, et celle de son bébé. Ah, ce qu’elle avait haï cette femme… Encore aujourd’hui et même morte, elle arrivait à la pourrir.

(c) fiche:WILD BIRD, flowers texture: mirandah & gifs:


 

_________________
Ain’t nobody fucking
with my motherfucking family
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kyle Bauer Von Milhem
Sugartits

avatar

Messages : 53
Id Card : Sasha Alexander (disclaimer: avatar: Blinizz Sucré ; Signature : Petulia ; Gifs : Tumblr))
Pseudo : Leolaws
Occupation : Former pornstar ; Sexologist & Mecanic (passion she doesn't mind sharing) good with engines, bikes, and pretty much anything.
Statut Civil : Very happily married (though things get tough from time to time)

[DO YOU KNOW]
ÂGE: Fourty-one years old. Does not speak of it.
RELATIONS:
DISPONIBILITÉS: Cleo - Ellis - Free

MessageSujet: Re: TERMINE ;; You surround me, pull me, drown me, swallow me whole — ft. Cleo   Jeu 9 Fév - 12:27

     

Kyle ♦ Cleo

You surround me, pull me, drown me, swallow me whole
E
lle ne semblait pouvoir être capable de la regarder dans les yeux. La dernière fois que Cleo ne pouvait affronter son regard, c’était lorsqu’elle était en train de rompre avec elle, peu après que Kyle lui ait enfin avoué quel était son véritable métier, et surtout, quel était son précédent statut. Ca s’était passé il y avait au moins six ans, lorsque soudainement elle ne pouvait plus la regarder, et sans le vouloir, le sang de Kyle se glaça. Elle se rattrapa, tremblante, à la commode sur sa droite, et serra le bois entre ses doigts jusqu’à s’en faire blanchir les phalanges. Cleo confirma ses craintes, expliquant qu’en effet, c’était autre chose que la simple naissance de leur fille. Elle aussi tourna les yeux pour regarder cette photo d’elle, prise en circonstances plus agréables — parfaites. Les personnes dans la photo étaient tellement différentes d’elles que la brune parvenait à peine à se reconnaître. Leur sourire illuminait leur visage, tant il était radieux, et il semblait que rien ne pouvait atteindre le couple. L’image la rendait amère, alors elle détourna les yeux. La vérité était à présent si loin de ce mariage idyllique que ça la rendait malade. Et Cleo ne faisait rien pour changer la situation, et cela faisait bouillir son sang.

Les explications de Cleo étaient non-existantes, et Kyle s’énervait petit à petit, au fil des platitudes déballées par sa femme. Ce n’était pas cela qu’elle attendait, et ce n’était certainement pas de cela qu’elles avaient besoin. « But you are losing me ! Do you realize that ? Or are you too blinded by your own misery ? Don’t you understand that this fucking secret is killing us ! Or do you simply not care ? » Elle avait levé la voix, et elle le regretta instantanément. Elle ne voulait pas crisper sa femme, elle ne voulait pas empirer la situation en la transformant en screaming match, mais elle avait du mal à garder son calme, pas quand Cleo paraissait si faible. L’Anglaise ne s’était jamais laissée faire, dans leurs engueulades. Elle était audacieuse, et elle n’avait pas peur d’affirmer ce qu’elle pensait, même si elle avait tort. Cleo était une forte tête, pas cette femme qui ne pouvait pas la regarder dans les yeux, et qui semblait devenir de plus en plus petit au fil des secondes.

Un jour, lui promettait Cleo, un jour. Kyle ne put retenir le rire moqueur, et elle secoua la tête, levant les mains au ciel. Sa femme était toujours bornée, mais pour la pire des raisons, et intérieurement, elle était en train de briser la Californienne. « I don’t know if I can, Cleo. » Ses mots étaient prononcés à voix basse, contrastant avec son irritation précédente. La fatalité de leur situation venait de lui tomber dessus, et elle ne voyait pas comment s’en sortir. Elle n’arrivait pas à faire entendre raison à Cleo, elle n’arrivait pas à la persuader qu’elles iraient mieux si ce qui déchirait était enfin nommé à voix haute. Elle ne pouvait plus voir son couple se détruire à cause d’un secret. Mais sa femme se fermait soudainement, revêtant cette froideur aristocratique si caractéristique de ses pairs, et qui avait toujours eu don de vexer Kyle. Elle comprenait le mécanisme de défense, mais cela ne voulait pas dire que ça devait lui plaire. « That is not for you to decide, Cleo. You don’t get to choose what I can handle. » C’était sa dernière tentative pour persuader sa femme, mais c’était autant un échec que le reste.  

Kyle se sentit soudainement découragée, et la fatigue la gagna, faisant qu’elle décida de s’appuyer contre la commode. Elle chercha à reprendre son souffle, la tête basse, cachée derrière ses mèches. A nouveau, elle pleurait, de frustration cette fois-ci. Elle se sentait impuissante, et ça la tuait. Hoquetant, elle se mordit violemment la lèvre, et essuya ses joues d’un mouvement fatigué. Elle ne pouvait plus rester là. Elle ne pouvait être avec sa femme en sachant que cette dernière lui mentait, même si c’était pour son bien. S’il y avait bien quelque chose que Kyle n’avait jamais pu souffrir, c’était le mensonge. « I-I’m going to … go. I … I can’t stand to be with you right now. » Soudainement elle releva les yeux vers Cleo, et la fixa avec quelque chose qui se rapprochait du désespoir. « Please don’t do this to us. » Sur ses mots, elle fit volte-face, et se précipita vers la porte de leur chambre, ce besoin viscéral de s’échapper s’ancrant dans ses tripes. Plus tard, elle se rendrait compte que c’était peut-être exactement ce que Cleo avait cherché.

GleekOut!

_________________
I shake and I shiver just to feel you breathe + I wanna watch you undress, I wanna watch you glow, Let your hair down, All around, cover us both. You come in a wave, We crash and we roll, You surround me, pull me, drown me, swallow me whole. You turn, turn, turn, turning me on
 like a slow fire burn.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Messages : 11
Id Card : Jessica Capshaw ≫ Avatar : Aeryn | Signature : ORTACH
Pseudo : Aeryn
Occupation : Écrivain
Statut Civil : Mariée

[DO YOU KNOW]
ÂGE: 38 ans.
RELATIONS:
DISPONIBILITÉS:

MessageSujet: Re: TERMINE ;; You surround me, pull me, drown me, swallow me whole — ft. Cleo   Jeu 9 Fév - 21:30

 
Kyle & Cleo
   
You surround me, pull me, drown me, swallow me whole
Depuis ses derniers mots, Cleo n’avait plus bougé. Elle s’était prostrée dans un silence quasi religieux et s’était fait violence pour ne pas répondre, ou pire, pour ne pas retenir sa femme. Cette cassure, cette solitude, encore ce soir, était nécessaire, pour elles deux, le croyait-elle, ou au moins juste pour elle-même. Elle savait qu’elle était égoïste, au fond, qu’elle gâchait tout, qu’elle perdait tout ce qu’elle avait de plus cher, mais, dans cette peine aveuglante, dans ces tumultes saillants de violences, elle se trouvait un autre responsable, encore et toujours : Kathryn.

Il fallait cracher le morceau, déverser sur leur famille disloquée le venin qui la rongeait maintenant depuis des mois, qui les rongeait. Alors, avec un automatisme presque inhumain, avec des gestes qu’elle ne se sentait même plus faire, elle pris son portable pour envoyer un message à Orion, au seul qui savait ce pourquoi leur famille partait en morceaux. « I need to tell her. I need to show her… I cannot lie anymore, and what is done is done. I just can pray for her to understand. I'm sorry, I love you, Orion. » Une fois de plus, sa main caressa la ligne qui défigurait son corps et qui la faisait encore tant souffrir, bien au delà de l’aspect physique. Elle se détestait, détestait son corps qui porterait à jamais la trace de son plus grand crime.

Puis, éteignant les lumières, elle se glissa sous la couette, les yeux fixant le néant. La maison était silencieuse, Kyle devait être partie, et leur fils devait être loin, loin de ce « cocon » qui s’était cancérisé, ces derniers temps… Le seul bruit, peut-être, qui pouvait encore faire croire à quiconque entrait dans cette maison que quelqu’un y vivait encore, c’était les sanglots à demi étouffés d’une femme qui s’en voulait, d’avoir aimé au point de devoir tuer.


TO BE CONTINUED...

(c) fiche:WILD BIRD, flowers texture: mirandah & gifs:


 

_________________
Ain’t nobody fucking
with my motherfucking family
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: TERMINE ;; You surround me, pull me, drown me, swallow me whole — ft. Cleo   

Revenir en haut Aller en bas
 
TERMINE ;; You surround me, pull me, drown me, swallow me whole — ft. Cleo
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
TO NEW BEGINNINGS.  :: GAME OVER. :: Goodbye my lover-
Sauter vers: